Le vernis semi-permanent, qu’est-ce que ça vaut ?

Aujourd’hui très populaire, le vernis semi-permanent est censé tenir deux semaines et plus, sans s’écailler. Une technique qui a beaucoup d’avantages, quelques inconvénients… On vous dit tout sur cette technique « magique ».

Vous avez des ongles fragilisés, dédoublés, abîmés ou mous ? Alors zappez cet article ! Le vernis semi-permanent n’est malheureusement pas pour vous car il contient des solvants qui pourraient les endommager ou les fragiliser davantage.

En revanche, si vos ongles sont sains et que vous rêvez d’une manucure qui tient au moins quinze jours tout en conservant sa brillance, c’est le moment de tester ce type de manucure qui en fait voir de toutes les couleurs aux réseaux sociaux. Mais avant de vous lancer, découvrez dans ce dossier les avantages et les inconvénients de cette technique beauté.

Le semi-permanent, c’est quoi exactement ?

Plutôt qu’un vernis, il s’agit d’un gel, une sorte de polymère acrylique dans lequel sont incorporés des pigments. Il s’applique de la même façon qu’une laque classique, mais sèche uniquement sous des lampes UV, lesquelles durcissent et fixent la matière pour deux à trois semaines. Chaque marque possède sa formule et ses couleurs. On trouve désormais dans de grandes marques comme O.P.I plus de soixante teintes.

Comment ça se pose ?

Après une manucure, la technicienne applique le gel en quatre couches : une base et deux couches de vernis, puis une de top coat (finition), comme pour un vernis classique. Après chaque application, il faut passer trente secondes sous une lampe à UV pour le séchage. Une fois la dernière couche posée, on quitte le salon sans risquer d’abîmer son vernis, déjà parfaitement sec. L’opération dure en tout 45 minutes.

Est-il facile à enlever ?

Deux semaines après, ou quand les ongles ont repoussé, et que la démarcation (entre l’ongle naissant et l’ongle verni) commence à se voir, il faut enlever le gel. On met ses doigts dans des papillotes de coton imbibé de dissolvant avec acétone, puis enroulé dans du papier d’aluminium. L’opération prend un quart d’heure, voire un peu plus si on a gardé le gel plus de quinze jours.

Est-ce que ça abîme les ongles ?

Non, si c’est réalisé dans les règles. Les ongles doivent être polisavant la pose du gel, pour une meilleure adhérence. Ce qui peut s’avérer catastrophique sur des ongles déjà fragilisés. La «  dépose » (moment où l’on enlève le gel) exige aussi quelques précautions.
La première fois, mieux vaut le faire en institut pour apprendre les bons gestes. Il est très important d’attendre que le vernis fonde complètement. Si de fines particules sont toujours accrochées à l’ongle, lorsque l’on ouvre la papillote, il ne faut pas les gratter, au risque d’éliminer une couche de kératine de l’ongle. Et on n’essaie pas de décoller le gel sur les côtés, car on peut arracher un peu d’ongle au passage.

Y a-t-il des contre-indications ?

Oui, le vernis semi-permanent est déconseillé si vous avez déjà les ongles fragiles, très cassants ou très mous, bref abîmés. Mieux vaut traiter la surface avant. Idem, si les ongles sont très secs. Mis sous cloche pendant deux semaines, ils ne bénéficient pas d’une once d’hydratation et risquent de devenir cassants !

Please follow and like us:

%s